Université Saint-Louis - Bruxelles
|
Mois précédent 2017 Septembre Mois suivant
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
Thème : Philosophie

"Critique imaginaire des nouvelles technologies"


Chaires de philosophie
Organisées par l' Université Saint-Louis - Bruxelles
Orateur(s) : Pierre Cassou-Noguès - Université Paris VIII

Du 16 octobre 2017 au 17 octobre 2017 : 9h30 - 12h30 et 14h - 17h

Dans le cadre des Chaires de philosophie de l'Ecole des sciences philosophiques et religieuses

Nous analyserons différents secteurs des nouvelles technologies pour montrer comment celles-ci engagent une transformation de notre forme vie au sens de Wittgenstein : une transformation de ce que nous pouvons appeler « mental », ou considérer comme notre « intériorité ». A nos yeux, les nouvelles technologies ne constituent pas un humain sans intériorité mais transforment notre intériorité dans son contenu comme dans son statut, et ceci dans la mesure où nous acceptons de confier à une extériorité, à une machine en fait, le soin de déterminer ce qui doit relever de notre expérience intérieure : comme quelqu'un qui ne pourrait pas savoir s'il a lui-même chaud à moins de vérifier la température extérieure sur un thermomètre. Nous discuterons de ce « syndrome du thermomètre » dans les neurosciences et l’analyse des données. En relation à cette première transformation technologique de la sphère mentale, nous aborderons « l’économie de l’attention », dans le but de montrer que se constitue dans les nouvelles technologies une forme nouvelle d'inconscience que nous appellerons « le travail zombie ». Comme l'indique ce dernier terme, nous conduirons ces analyses par des « variations imaginaires », qui thématisent leur objet en le resituant dans le panorama et en référence aux figures de l’imaginaire contemporain.    


Pierre Cassou-Noguès est professeur au département de philosophie de l’Université Paris VIII. Il est également co-éditeur de la revue SubStance. Son travail concerne, d’une part, l’histoire de l’épistémologie en France et, d’autre part, la question du rôle dans la fiction dans les discours. Il a notamment publié : Les démons de Gödel (2nde éd., Points-Seuil, 2012), Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener (Seuil, 2014), La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre son temps (2nde éd., Marabout, 2016), Un laboratoire philosophique (Vrin, 2017).

 

pdf Contact : M. Laurent Van Eynde  BER
pdf Lieu : Salle de Réunion : P61
Université Saint-Louis
Bld du Jardin Botanique 43
1000 Bruxelles