Université Saint-Louis - Bruxelles
|
Thème : Sciences politiques et sociales

Chercheur.e-doctorant.e à temps plein en sciences politiques et sociales dans le cadre du projet ARC AutonomiCap (scène "internement")


Date limite de candidature : 7 juin 2019
Catégorie : Chercheur-chercheuse

Entrée en fonction le 1er octobre 2019.

Le/la candidat.e. retenu.e. se verra offrir une bourse à temps plein d’une durée de 2 ans renouvelable une fois, à partir du 1er octobre 2019. Il/elle sera amené.e à réaliser une thèse de doctorat dans le domaine des sciences politiques et sociales ou en criminologie au croisement de l’analyse des institutions et de la sociologie de la déviance. Les promoteurs de ce projet de thèse seront Yves Cartuyvels et Nicolas Marquis.

Le projet de recherche : « L’autonomie à l’épreuve du handicap, le handicap à l’épreuve de l’autonomie »

AutonomiCap est un projet de recherche interdisciplinaire qui bénéficie d’un financement ARC (Action de recherche concertée) entre 2019 et 2024. Ce financement vise à la constitution d’un pôle d’excellence en disabilities studies au sein de l’université Saint-Louis-Bruxelles (USL-B).

La problématique centrale de ce projet de recherche est d’analyser, dans une perspective interdisciplinaire, de quelles manières la montée en puissance des références à l’autonomie transforme les objectifs et les modalités des politiques publiques à l’égard des personnes en situation de handicap. Le projet est par ailleurs configuré par l’identification de deux scènes nationales belges, qui, avec la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées (ONU), constituent les pièces maitresses de la recherche : d’une part, l'internement des délinquants atteints d’un trouble mental, qui échappent au système pénal en raison de leur irresponsabilité ; d’autre part, l'institution fédérale (« Vierge Noire ») qui octroie des allocations sociales aux personnes en situation de handicap.

Ce projet est porté par une équipe interdisciplinaire de l’Université Saint-Louis Bruxelles : Nicolas Marquis (sociologue), Isabelle Hachez (juriste), Yves Cartuyvels (juriste et criminologue), Yannick Vanderborght (politologue), Valérie Aucouturier (philosophe), Abraham Franssen (sociologue).

Objet de la recherche :

Un premier volet de la recherche sera consacré à ouvrir les « boites noires » de l’évaluation de l’autonomie et du handicap et de leur impact aux divers stades de la trajectoire de l’internement. Il s’agira, à l’aide d’une entrée par les professionnels (juges, experts, personnel de soin, …) et par les instruments (dossiers, rapports d’expertise, grilles d’évaluation, formulaires de suivi, …) a) de reconstituer la trajectoire des parcours des internés, b) d’étudier les processus d’évaluation de l’autonomie et du handicap/trouble mental aux divers stades de celle-ci et c) de comprendre le travail de catégorisation effectué par les professionels, soit les principes de justification et les représentations mobilisées dans leur travail d’évaluation et de décision. Un deuxième volet sera consacré à l’étude du point de vue des internés. La question sera ici de comprendre comment les internés vivent les processus de catégorisation dont ils font l’objet, entre assujettissement et subjectivation, stigmatisation et reconnaissance. De manière plus précise, il s’agira de comprendre comment l’interné ressent un diagnostic soulignant l’absence d’autonomie et le handicap ou trouble mental qui lui est reconnu, comment il vit son « trajet de soins », quelles interactions il cherche à développer avec les agents du système et à quelles fins. On cherchera, au-delà de la seule question de l’étiquetage, à appréhender l’expérience et les modes de gestion identitaires par lesquels les personnes concernées se constituent comme sujet ou acteur au cours de leur trajectoire.

Sur le plan méthodologique, la recherche utilisera plusieurs méthodes de recherche qualitatives, selon une combinaison spécifique pour chacun des deux volets de recherche : analyse en groupe d’acteurs et de chercheurs (avec les promoteurs), interviews semi-directives, étude longitudinale de dossiers, récits de vie).

Responsabilités :

Dans le cadre de la réalisation de sa thèse doctorale, le/la candidat.e. sera amené.e. à :

- travailler avec une équipe de chercheur.e.s seniors et juniors ;

- s’approprier la littérature scientifique et la documentation relative au champ de l’internement ;

- réaliser et analyser des entretiens semi-directifs auprès des différents professionnels concernés et d’un échantillon qualitatif de personnes en situation de handicap ;

- effectuer une analyse longitudinale de dossiers de personnes internées ;

- réaliser des observations ethnographiques d’audiences au sein des Chambres de protection sociale du Tribunal de l’application des peines ;

- participer à l’organisation d’analyses en groupe avec différents acteurs ;

- participer activement aux réunions d’équipes, séminaires et journées d’études qui seront organisés dans le cadre de la recherche ;

- mener l’analyse qualitative croisée des matériaux (entretiens, matériaux documentaires …) ;

- disséminer les résultats du projet par des articles, communications, conférences, etc., et participer à l’organisation d’événements scientifiques.

Profil recherché :

De façon générale, les candidat.e.s pour ce poste feront preuve d’une maîtrise des processus de la recherche en sciences humaines et sociales sur les plans théorique et empirique, d’un intérêt pour la thématique, de capacités d’initiative. Les candidat.e.s disposeront également de qualités humaines leur permettant d’aborder avec les précautions et le tact nécessaires les interactions avec les différents acteurs de cette recherche.

Les candidat.e.s devront également :

- être titulaire d’un master 120 en sciences politiques et/ou sociales ou assimilé (sociologie, anthropologie, sciences politiques, criminologie, etc.), obtenu avec grade, ils ne peuvent néanmoins pas posséder le titre de docteur (Ph.D.) ;

- avoir une excellente maitrise orale et écrite du français; la connaissance du néerlandais et de l’anglais est un atout ;

- démontrer un bon bagage méthodologique qualitatif (entretiens semi-directifs, observations ethnographiques, analyse en groupe);

- avoir d’excellentes compétences rédactionnelles ;

- faire preuve d’aptitudes à travailler en équipe.

Comment postuler ?

Les candidatures sont à adresser par courrier électronique, à Nicolas Marquis (nicolas.marquis@usaintlouis.be).

Elles comprendront, en un seul envoi, :

un curriculum vitae ;

un ou deux exemple(s) de production scientifique (chapitre de mémoire, article, rapport de recherche, chapitre d’ouvrage …) ;

une lettre de motivation détaillant comment le/la candidat.e rencontre les exigences du poste, de maximum 2 pages ;

le nom et les coordonnées de deux personnes de référence susceptibles d’être contactées par nos soins.

Les candidatures sont à transmettre pour le 7 juin 2019. Les candidat.e.s présélectionné.e.s seront auditionnés courant juin 2019.

L’ensemble des candidatures relatives à ce projet sont disponible à l’adresse : http://casper-usaintlouis.be/projets/projet-arc-interdisciplinaire-autonomicap-lautonomie-a-lepreuve-du-handicap-le-handicap-a-lepreuve-de-lautonomie

Des renseignements complémentaires ainsi que le projet complet de la recherche peuvent être obtenus auprès d’un.e des promoteurs/ices.