Université Saint-Louis - Bruxelles
|
Mois précédent 2022 Janvier Mois suivant
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Thème : Genre(s)

Quel genre de pouvoir ?


Quinzaine du genre
Organisée par l' Université Saint-Louis - Bruxelles

Du 7 mars 2022 au 18 mars 2022

Quinzaine du Genre 2022 de l'Université Saint-Louis

Les lieux de pouvoir ne sont pas occupés d’une façon reflétant la diversité de la population : les hommes sans handicap, blancs, cisgenre[1], hétérosexuels et issus d’un milieu aisé y demeurent très largement majoritaires, malgré certaines évolutions. Les différentes causes d’inégalité ne peuvent se penser indépendamment les uns des autres et une approche intégrée, plus précisément intersectionnelle[2], est donc indispensable pour comprendre qui exerce le pouvoir, comment et pourquoi.

Dans la réflexion à ce sujet, le rapport entre pouvoir, sexe et genre présente certaines particularités : les femmes, les personnes trans*, non binaires et/ou homosexuelles rencontrent nombre d’obstacles spécifiques dans la poursuite de leurs ambitions. Ainsi, si 41,4% des parlementaires belges sont des femmes, leur représentation progresse moins rapidement qu’auparavant et elles restent largement sous-représentées dans les fonctions politiques les plus stratégiques. Dans le monde des affaires, les conseils d’administration se sont féminisés mais les comités exécutifs et fonctions de direction demeurent très largement masculins – à titre d’exemple, seule une entreprise du CAC40 est dirigée par une femme et la Belgique est citée comme un exemple... parce que (seules) 10% des « patrons » du BEL20 sont des femmes. A d’autres égards, on relève que les violences envers les personnes trans* et/ou homosexuelles ont gagné en nombre et en gravité. Et le phénomène se prolonge partout – dans l’espace public, quand on observe qui domine les rues, médias et internet, comme dans l’espace privé : ce sont presque toujours les mêmes qui tiennent les commandes ou les cordons de la bourse. Dans divers domaines, en outre, la répartition des fonctions est souvent interpellante : conformément à certains stéréotypes de genre, on observe par exemple une majorité d’hommes dans le monde de la finance et une majorité de femmes dans le secteur social.

Sexisme ordinaire, reproduction des élites, importance des réseaux, parentalité, représentations subjectives, discriminations à l’embauche, les causes de ces inégalités sont scientifiquement identifiées mais donnent à penser : pourquoi les évolutions dans l’exercice du pouvoir, certes perceptibles, demeurent-elles limitées ? Quels liens spécifiques y a-t-il entre sexe, genre et pouvoir ?

La Quinzaine du Genre 2022 de l’Université Saint-Louis sera consacrée à une réflexion plurielle à ce sujet. Plafond de verre, tuyau percé et autres métaphores révélatrices ; quotas, parité et autres moyens d’action ; enjeux politiques et vécus spécifiques... vastes questions, qui seront abordées sous des angles divers, lors de nombreux événements : comment promouvoir une égalité réelle, défaite des stéréotypes de genre ? Quel rôle joue l’enseignement dans la fabrique de l’ambition des femmes ? Comment construire et transmettre des savoirs qui soient défaits des inégalités historiques et nous permettent de penser et contrer l’invisibilisation de certain·e·s, la domination par d’autres ? Et, au fond, l’enjeu est-il de revendiquer un partage plus équitable de l’exercice du pouvoir ou d’interroger le pouvoir lui-même, jusqu’à penser son dépassement comme le font certaines féministes ? 

A l’initiative du Conseil d’accompagnement de la politique de genre

Programme envisagé :

  • exposition photo sur la thématique, organisée en collaboration avec le Conseil pour la politique culturelle. Commissaire Adeline Rossion (TBC).
  • conférence inaugurale – Marie-Cécile Naves (autrice de La démocratie féministe – réinventer le pouvoir), en présence de Sarah Schlitz, secrétaire d'État à l'Egalité des genres (TBC).
  • conférence autour des écoféminismes et donc l’enjeu même (des structures) du pouvoir, en collaboration avec le Conseil au développement durable
  • film suivi d’un débat – avec l’aide de l’asbl Elles Tournent – Dames draaien 
  • concours d’éloquence ouvert aux étudiant·e·s comme aux membres du personnel, en équipe, sur des thématiques prédéfinies
  • balades dans la ville, avec la collective Noms Peut-être 
  • quizz en ligne, à vocation informative mais avec prix à la clef 
  • en collaboration avec la bibliothèque, sélection d’ouvrages

 

 

[1] dont l’identité de genre est en accord avec le sexe inscrit aux registres de l’état civil.

[2] tenant compte de l’interaction entre différents systèmes de pouvoir dans la (re)production des inégalités sociales.