Université Saint-Louis - Bruxelles
|
Thème : Droit

Chargé·e de cours à temps plein en droit de la nature et de la culture pour les années académiques 2022-2023, 2023-2024, 2024-2025 et 2025-2026


Date limite de candidature : 20 décembre 2021
Catégorie : Académique

Par décision du 22 octobre 2021, le Conseil d’administration de l’Université Saint-Louis -Bruxelles a déclaré vacant un poste de chargé·e de cours à temps plein en droit de la nature et de la culture au sein de la Faculté de Droit.

Le Conseil d’administration prévoit, sauf exception motivée, que ce poste est attribué pour un terme de 4 ans. A l’échéance de ce terme, la personne retenue sera confirmée et nommée à titre définitif, moyennant une évaluation positive de la commission d’évaluation.

La personne engagée sera chargée de dispenser des enseignements relevant du droit de la nature et de la culture, ainsi que de l’introduction au droit, en horaire de jour et/ou en horaire décalé (en soirée et le samedi), en français et/ou en néerlandais et/ou en anglais, au niveau du bachelier et/ou du master.

Elle sera notamment susceptible d’enseigner les sources et principes du droit, les langues juridiques et un séminaire en théorie du droit. Un ou plusieurs cours du Master de spécialisation en droit de l’environnement et en droit public immobilier pourront lui être attribués. La personne engagée devra montrer son aptitude à innerver les cours concernés par les enjeux contemporains liés à la nature et à la culture, au sens des objectifs fixés par l’Université en matière de développement durable (voy. les objectifs 11, 12 et 13 du plan stratégique de l’université - https://www.usaintlouis.be/sl/3839.html).

 La personne engagée s’investira activement dans le CEDRE, Droit Environnement Patrimoine, (https://cedre.hypotheses.org/). Elle participera aux projets collectifs menés dans le centre de recherche. Les thèmes de recherche proposés par la personne engagée exposeront en quoi ceux-ci contribuent à la réflexion autour des objectifs fixés par l’Université en matière de développement durable (voy. les objectifs 11, 12 et 13 du plan stratégique de l’université - https://www.usaintlouis.be/sl/3839.html). Elle y dirigera des thèses et s’efforcera d’obtenir des financements extérieurs, en particulier au niveau du FRS-FNRS, de la Politique scientifique fédérale, de la Région de Bruxelles-Capitale et de l’Union européenne, pour la conduite de nouveaux projets. La personne engagée devra montrer son aptitude à développer des activités avec d’autres centres de recherche, et en particulier le Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (SIEJ - http://www.siej.usaintlouis.be/).

La personne engagée sera également appelée à assurer des tâches de service au sein de la faculté et de l’université, ainsi qu’à la société. Par ces différentes missions, elle assurera le rayonnement de la faculté et de l’université.


Profil :

  1. Diplôme : La personne retenue sera titulaire d’un diplôme de docteur en droit ou en sciences juridiques, avec thèse.
  2. Compétences et qualités requises :
    1. Compétences pédagogiques :

- La personne candidate doit pouvoir témoigner d’une expérience significative de prise de parole en public.

- La personne candidate aura également un projet pédagogique de qualité et innovant, qui vise l’inclusion et la participation des étudiant·e·s mais aussi le dialogue avec la pratique et avec des disciplines extra-juridiques.

- Les personnes candidates présélectionnées auront l’occasion de démontrer leurs compétences et leur projet pédagogique lors d’une leçon en droit de la nature et/ou de la culture dispensée en présence de la commission de recrutement.

- Une expérience d’enseignement universitaire constitue un atout appréciable.  Idéalement, cette expérience sera acquise auprès de publics différents (grands amphithéâtres et petits groupes ; jeunes étudiant·e·s et adultes en reprise d’études ; jour et soirée).

    1. Compétences scientifiques :

- La personne candidate doit avoir réalisé une thèse de doctorat en droit portant sur une thématique liée à la nature et/ou la culture dont l’excellence est attestée par le rapport de soutenance.

- Elle doit aussi pouvoir fait état d’un nombre significatif de publications scientifiques en droit de la nature ou de la culture, notamment en anglais et/ou en néerlandais, dans des ouvrages collectifs et des revues internationales soumis au peer-review.

Constituent des atouts appréciables :

  • la publication d’une ou plusieurs monographies ;
  • la direction d’un ou plusieurs ouvrages collectifs ;
  • l’accomplissement de séjours de recherche dans des établissements autres que celui au sein duquel elle a accompli sa thèse, notamment à l’étranger ;
  • l’organisation d’un ou plusieurs colloques internationaux ;
  • l’obtention de financements extérieurs ;
  • l’accomplissement de recherches avec une orientation interdisciplinaire et le travail avec des collègues issus d’autres disciplines ;
  • une expérience pratique du droit, et plus spécifiquement du droit de la nature et/ou de la culture (comme avocat·e, référendaire, juge, fonctionnaire, etc.) ;
  • des liens privilégiés avec certaines revues et sociétés savantes dans le domaine du droit de la nature et/ou de la culture ;
  • un ou plusieurs engagements associatifs au service de la société ;
  • par ses projets et activités de recherche antérieurs, une capacité à s’intégrer au CEDRE et aux autres équipes de recherche de la faculté (spécialement le SIEJ).
    1. Compétences linguistiques :

- La personne candidate doit avoir une parfaite maîtrise (niveau C2) du français, du néerlandais ou de l’anglais ainsi qu’une très bonne maîtrise (niveau C1) d’une des deux autres langues. Elle doit donc pouvoir donner cours indifféremment dans au moins deux de ces trois langues. Ces compétences, si elles ne sont pas attestées par une formation universitaire d’au moins deux ans suivie dans la langue concernée, devront être certifiées par un indicateur extérieur (TOEFL, IELTS, etc.).

- Le cas échéant, la personne candidate doit avoir une connaissance au moins passive du néerlandais ou de l’anglais, ou s’engager à l’acquérir en vue de sa confirmation. Le cas échéant, elle doit avoir une bonne maîtrise du français (niveau B2) ou s’engager à l’acquérir en vue de sa confirmation.

Constituent des atouts appréciables :

  • Une parfaite maîtrise du français, du néerlandais et/ou de l’anglais (niveau C2) ;
  • La maîtrise d’autres langues.

Toute information complémentaire peut être obtenue en s'adressant à Pierre-Olivier de Broux, doyen de la faculté de droit (decanat-droit@usaintlouis.be).

Candidature :

Les candidatures doivent être adressées, au plus tard le 20 décembre 2021, par voie postale à M. Pierre Jadoul, Recteur de l’Université (43, Boulevard du Jardin Botanique, 1000, Bruxelles), et par e-mail à M. Pierre-Olivier de Broux, doyen de la Faculté de droit, à l’adresse decanat-droit@usaintlouis.be.

Elles doivent inclure:

  • Une lettre de motivation (maximum 2 pages)
  • Le rapport de soutenance de la thèse
  • Deux lettres de recommandation
  • Un curriculum vitae incluant une liste des publications
  • Une copie des trois publications jugées les plus pertinentes
  • Un document (entre 5 et 10 pages) exposant les grandes lignes du projet pédagogique et de recherche
  • Les cas échéant, un certificat récent (ancienneté maximale de 5 ans) attestant le niveau de connaissance de l’anglais, du néerlandais et/ou du français.

Les candidatures seront examinées par une commission de sélection.

Les personnes présélectionnées seront invitées à :

  • un entretien lors duquel elles pourront présenter leur candidature, leur motivation, et les grandes lignes de leur projet pédagogique et de recherche;
  • une leçon sur un thème au choix en lien avec le droit de la nature et/ou de la culture (20 minutes maximum).